Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juillet 2022 4 07 /07 /juillet /2022 01:49

Les voisins de Verchères ont été heureux de retrouver le rassemblement estival

 

Dimanche, une trentaine de résidents du hameau des hauts de Faverges ont assisté au traditionnel « apéro » de Verchères. Ils ont honoré l’invitation lancée par Olivia et Sylvie, rassembleuses depuis une dizaine d’années. Pour l’événement ces dames et leurs voisins ont aménagé un agréable salon d’été à côté de la fontaine aux poissons. La source qui s’écoulait librement et rafraîchissait les boissons est tarie actuellement.
 

 

À l’heure du déjeuner les habitants ont rejoint le lieu de rendez-vous pour un apéritif dînatoire partagé. Chaque famille a participé à achalander un buffet gourmand. Les enfants étaient heureux de se retrouver et jouer ensemble, sans contrainte. De nouveaux résidents ont apprécié ce moment de convivialité pour faire connaissance.
 

Citoyens Anglais Nigel et June nouvellement installés à Verchères
Parmi les habitants, June, professeur d’Anglais en France et Nigel informaticien, ont emménagé il y a une semaine seulement au village. Ils ont été heureux de la fête des voisins pour faire des connaissances. Le couple a eu de nombreuses adresses. Ils ont résidé à Thônes, en Espagne, en Italie et en Allemagne. Leur fille résidant à La Clusaz ils ont choisi de se fixer dans notre belle région. Chez nous ils aiment les montagnes, le climat, le fromage et le vin. Ils ont toujours été bien accueillis par les savoyards, réservés au début des relations puis « amis pour la vie ».

 

 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2022 2 01 /03 /mars /2022 19:00

  " Appréhender l'Histoire de Faverges "

un travail de longue haleine qui ne s'apprend pas en un seul jour.

Malheureusement, il est trop souvent la conséquence de copiage, de pillage, sans recherches personnelles, même parfois d'historiens chevronnés.

 

Depuis quelques décennies, il se raconte un peu n'importe quoi sur l'Histoire de Faverges, des non-sens, des absurdités, des incongruités, des futilités, etc...

Voici quelques ''perles'' rencontrées dans des livres, des bulletins, des livrets ou entendues lors de visites :

  • L'ancienne manufacture de soieries aurait été construite à la place d'un couvent ! celui des Annonciades qui se trouvait pourtant à Chambéry au bord de la Leysse. En réalité, les bâtiments du Thovey ont été érigés sur des prés vierges de tout bâtiment après la construction de la route d'Albertville (1818-1824).

  • 27e SALON 2014-11-09 (54) La Manufacture de soie de FavergeQue  Nicolas Blanc qui a 9 ans lors de la Révolution Française n'aurait jamais été français ! Pourtant, tout le monde a appris que la Savoie a été envahie par les révolutionnaires français et le Val de Thônes en a d'ailleurs bien souffert ainsi que six Merlinois qui ont même été guillotinés à Paris pour « Crime d'aristocratie ». En réalité, Nicolas BLANC a acquis la citoyenneté française dès le 27 novembre 1792 grâce aux lois républicaines, il est redevenu sujet du roi de Sardaigne le 21 novembre 1815.

  • 27e SALON 2014-11-09 (49) Nicolas BLANCQue Jean-Pierre Duport serait né à Annecy, alors qu'il figure bien dans les registres de Faverges ; c'est une confusion avec son cousin homonyme né à Termignon (en Tarentaise). En réalité, une page lui était consacrée sur le Web. Bien qu'il fut à l'origine de l'industrialisation de la commune de Faverges, un Historien n'a vu en lui qu'un ''homme ayant eu une femme, des enfants, une entreprise, et étant mort en ayant vécu sa vie, somme toute, bien banale'', n'a pas hésité à supprimer sa page. Pour en savoir plus, suivre l'actualité de l'Histoire de Faverges sur le blog de l'auteur.

  • 27e SALON 2014-11-09 (50) Jean-Pierre DUPORT de FavergesQue la forme ovoïde de la maison dite ''Belle jardinière'' aurait une tour d'enceinte de la ville moyenâgeuse. En réalité, il ne s'agit que d'un escalier intérieur car il n'existait encore que des prés en 1738, année de confection du cadastre sarde, et la Maison des Frères Capucins qui a subi l'incendie de 1783, et qui se trouvait au-delà du mur d'enceinte. (Les moines capucins n'ont jamais été des guerriers qui défendaient la ville au-delà des limites de celle-ci ! Et pourtant, les ABF ont conservé la tour en 2019).

  • 27e SALON 2014-11-09 (51) Tour d'enceinteQue l'église de Faverges aurait été construite sur une « chapelle » ; il serait bien étonnant que nos anciens aient pu concevoir l'édification d'une simple chapelle pour 1200 âmes. En réalité, il ne faut pas confondre avec la '' chapellenie'' qui est le territoire sous la responsabilité d'un prieuré (l'on pourrait ajouter la volonté manifeste des curés du prieuré de Viuz de minimiser la qualité des vicaires de Faverges, de peur de perdre leur prérogative sur les rentes, ce qu'ils réclameront d'ailleurs plus tard).

  • 27e SALON 2014-11-09 (52) Eglise de FavergesQue le torrent de Saint-Ruph s'appellerait la Glière. En réalité, il s'agit la "glière" est un terrain couvert de cailloux, graviers, galets et sables de chaque côté du ruisseau qui les charrie ; on trouve ainsi une glière sur de nombreuses autres communes du canton telles que Marlens, Saint-Ferréol et Doussard. C'est un terme local commun à de nombreuses berges de ruisseaux et torrents. (à Faverges, on parle de "glaire", quand on va sur les lieux où le torrent dépose sa glière)

  • 27e SALON 2014-11-09 (53) La Glière de FavergesEt tout dernièrement, sur les ondes d'une radio locale, que le foyer municipal actuel aurait été construit sur l'emplacement même de la Soierie ancienne. En réalité, l'usine a été détruite en 1990 et le foyer actuel, construit en 1937 de l'autre côté de la route, a pris son nom.

27e SALON 2014-11-09 (55) Le Foyer Municipal appelé La Soi

Il est donc devenu urgent de rétablir la vérité historique de notre commune. On ne peut pas continuer à laisser apparaître ainsi Faverges dont l'histoire est racontée avec tant d'erreurs.

Il pourrait en être de même pour la trop fameuse « Papeterie de Faverges » dont l'existence est signalée vers 1350, dans toute la France. Tous les vrais chercheurs – dont votre serviteur – se sont heurtés à un vide total, à tel point qu'elle peut être qualifiée comme ''L'Arlésienne de Faverges''. Qu'elle soit citée par deux ou trois auteurs, n'atteste aucunement de son existence à cette date. (Voir l'article consacré à cette recherche sur la page http://0z.fr/cirvf )

Une commune dont l'histoire est si peu méconnue, voire défigurée, n'a plus d'identité réelle, et devient sans âme précise, elle se construit sur des non-sens, des absurdités, des incongruités, des futilités.

Rejoignez les adhérents d'Histoire et Patrimoine,

si vous voulez

« Savoir d'où l'on vient pour savoir où l'on va ! »

phila.faverges74 @ wanadoo.fr

http://pajani.bernard.over-blog.com

http://phila.faverges74.over-blog.com

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2021 7 28 /11 /novembre /2021 06:48

Les communes de Faverges et Bülhertal souhaitent redynamiser leur jumelage

Les comités de jumelage et les élus de Faverges-Seythenex et de Bulhertal se sont rencontrés à Berne mardi 16 novembre.

 

Cette rencontre chaleureuse et nourrie d’échanges constructifs a été l'occasion pour les maires Jacques Dalex et Hans-Peter Braun de faire connaissance.

 

 

Les délégations municipales étaient accompagnées par les présidents des comités Ulrich Gagneron et Tino Rettig et des membres élus.

 

 

Au cours des conversations très constructives, ils ont établi le constat d'une nécessaire redynamisation et l'envie de sensibiliser un large public où les jeunes se sentent très investis. Les membres des deux comités ont réfléchi à de nouvelles idées pour dynamiser le jumelage : échange entre élus, les enfants des écoles et les collégiens, organsiation de séjours découverte de la région de Bühlertal et de Faverges, marchés de Noël, carnaval allemand et Français...

Les idées sont nombreuses et les projets sont en construction. Le maire de Faverges a renouvelé pleinement son soutien aux forces vives du comité de jumelage pour animer et faire vivre les liens entre les deux communes. (Photos Mairie de Faverges)

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2020 3 11 /11 /novembre /2020 10:25

Au début du XXe siècle, la place Gambetta de Faverges, anciennement dénommée place de Traktir puis place Jacquard, est occupée par une fontaine et un poids public. La fontaine a été déplacée dans la rue de la République, au-devant de l'hôpital Alfred-Blanc mais n'est pas alimentée d'eau. Le poids public ne servant plus a été démonté vers 1955.

Avant la plantation de l'arbre, seuls sont présents la fontaine devant le kiosque du poids public, ainsi qu'un personnage en tablier et canotier.

Après la fin de la Grande guerre, lors de la cérémonie du 11 novembre 1920, sous la présidence de son maire radical-socialiste Ferdinand Losserand, la municipalité de Faverges a souhaité commémorer la libération de l'Alsace et de la Lorraine en plantant un tilleul, arbre aux feuilles en forme de coeur, symbole d'amour et de fidélité, ainsi que le cinquantenaire de la IIIe République.

On distingue l'arbre dans son fourreau de protection contre les chocs éventuels.

Une quinzaine d'années plus tard, l'arbre a grandi et présente des branches plus épanouies et bien feuillues.

Après la seconde guerre mondiale, c'est aussi sous son ombrage que les anciens combattants, déportés et prisonniers de guerre se sont rassemblés le 7 octobre 1945 pour une photo-mémoire.

1. ................. 2. LOSSERAND Victor 3. ................. 4. BOTTINI Jacques  5. DURET René 6. REALIS Albert 7. MARANGONI ................. 8. FAVARIO Jean 9. VEYRET Maurice 10. SAINT MARCEL ..........  11. CHAPPUIS Marcel 12. ................. 13. GUAZZONI Alphonse 14. ................. 15. TARONI François 16. DALL'AGNOL Antoine 17. BAL Auguste  18. ARETHENS Louis 19. DUSSOLLIET Paul 20. GURRAL Fernand 21. NOZET Albert 22. MARC Joseph 23. BRACHET Louis 24. ANCILLON Emmanuel 25. ................. 26. DUSSOLLIET Paul 27. ................. 28. BERGER Pierre 29. GONNARD François 30. VARET Léon 31. ................. 32. ................. 33. GAUTIER Henri 34. MOLLIER Antoine

Les médaillés militaires se joignent à eux.

 

Les déportés rassemblés sous le tilleul.

De gauche à droite : 2e rang : 1. VEYRET Maurice  2. ROFFINO Léon  3. .................  4. TARANTOLA Jean  5. BASSO Yves  6. VUSNER .................  7. DALMASSO Joseph  8. MOSQUET Attilio  9. FAVRE René 

De gauche à droite : 1er rang : 10. LAURENT Léon  11. MERMIER Jean  12. MERMIER Anthime  13. MALFROID Marcel  14. THABUIS Jean  15. THABUIS Raymond

Le tilleul aujourd'hui, sur une place rénovée récemment.

 

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2020 2 06 /10 /octobre /2020 08:19
La rue Carnot au début des années 1900 était l'attention des habitants qui prenaient soin à la tenir propre et n'hésitaient pas à prendre leur balai.
Tout ce quartier (et cette rue qui s'appelle dorénavant rue Simon-Tissot-Dupont) a disparu dans la reconstruction du centre-ville, tant à droite (qui est devenu la place Charles de Gaulle et la place de l'église) qu'à gauche (qui est devenu la médiathèque).
Le nom des habitants de l'époque a été rajouté, ce qui permettra à quelques anciens de revoir le secteur de leur enfance, et aux personnes récemment arrivées à Faverges à le découvrir.

 

Le début de la portion sud de la rue Carnot a été appelé Rue Centrale (ainsi dénommée dans le recensement de 1861), il hébergeait de nombreux commerces.
Sur la photo de 1900 des éditions Pittier, de gauche à droite, on peut y voir l'enseigne du notaire Maurice Chatelain au-dessus de sa porte d'entrée, puis la devanture du boulanger Pierre François Revil, l'entrée de l'appartement de Mme Mol épouse Emmanuel Blanc (ancêtre des Dr Mouthon), puis l'étal du drapier Alphonse Fillion (qui deviendra la boutique toujours très achalandée de Maurice et Mme Thonon), et la petite boutique du buraliste Joseph Gruet.
Sur la droite, la façade du Berny, anciennement Brasserie Saint-Jean de Jean Lyannaz, est en réfection et agrandissement. La bâtisse abritait également le cordonnier Georges Bouvard. Actuellement, l'ensemble héberge le restaurant le Lie Vain Lou.
Au-devant de la maison en alignement du cultivateur Lucien Boymond, coulait le biel à découvert.

 

La rue Carnot-sud vers 1900 avec son bassin public utilisé par les lavandières, et la maison Masset à deux étages, sur la place Nicolas-Blanc qui deviendra la place de la Sorbonne (en l'honneur de Jean Cochet qui fut recteur de la Sorbonne à Paris).
On remarquera sur la partie gauche l'escalier qui descend directement sur la rue, de la maison Garin François épicier, et devant leur entrée, les soeurs Perrière Joséphine (née en 1866) et Ernestine (née en 1868), ouvrières en soie à l'usine Stünzi.
Sur le pas de la porte, se trouvent les soeurs Ernestine et Joséphine Perrière.
La partie droite de la carte a subi l'incendie du 24 juillet 2018 qui a détruit 17 appartements. Elle sera prochainement rasée avant une rénovation complète.

 

Pour connaître l'Histoire et le Patrimoine local, adhérez à l'Association.

Un rendez-vous incontournable se tient chaque jeudi de 15h à 17h, salle 101 de la Maison des Associations, place des Combattants d'AFN.
Prochaine réunion le jeudi 8 octobre.


Prendre rendez-vous au 04 50 44 53 27 ou bien au 04 50 44 53 76.

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2020 1 21 /09 /septembre /2020 18:51

Jacques Dalex, maire et membre de droit de toutes les commissions, présidait la réunion d’installation de la commission "petite enfance, scolaire et jeunesse". Il a officialisé la liste des personnes qui ont accepté de s’impliquer pour les jeunes.

Martine Beaumont, maire adjointe déléguée à l’éducation, est nommée responsable pour la petite enfance, l’enfance, la jeunesse et les affaires scolaires. À ses côtés vont évoluer : Bernard Pajani, Agnès Ballieu, Philippe Strappazzon, Sophie Fernandez, Martine Brassoud, Christine Dumont-Thiollière pour la liste majoritaire “Envie commune”.

Damien Vacherand-Denand, Julie Denambride et Véronique Bouchet pour la liste minoritaire “Une énergie nouvelle” ; Séverine Dessuise et Marie-Pierre Jaussaud pour "Rassembler et Agir pour Faverges-Seythenex" représentent leurs groupes respectifs.

Florence Montel, directrice du service scolaire, était présente à la réunion. Elle a communiqué le bilan de la rentrée des écoles sur les trois groupes scolaires. Fabien Jacquet a informé la Commission de la manière dont "les Mercredis matin sans cartable" va pouvoir reprendre, pour les 545 enfants qui ont repris le chemin de l’école (245 à René-Cassin, 214 à Viuz et 76 à Seythenex).

Les membres de la commission seront un lien entre les citoyens et le conseil municipal.

 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2020 7 13 /09 /septembre /2020 10:35

Monsieur le maire a installé une nouvelle commission municipale. Jacques Dalex, membre de droit, a officialisé douze élus dans leurs responsabilités.

Brigitte Boisson a accepté le rôle et a été élue au poste de présidente, principalement dans le domaine du sport. Philippe Strappazzon s'impliquera davantage dans le domaine, très vaste, de la culture.

Autour d'eux le maire adjoint Georges Vignier, et les conseillers Bernard Pajani, Sophie Fernandez, Mohammed Fayek, Alexandra Husak pour la liste “Envie commune”, Anne-Marie Bernard, Jean-Claude Tissot-Rosset, Julie Denambride pour la liste “Une énergie nouvelle” ainsi que François Morisse et Séverine Dessuise pour la liste “Rassembler et Agir pour Faverges-Seythenex” participeront aux réflexions de ce groupe de travail.

Le maire a rappelé le rôle des commissions. Les membres effectuent un travail de proposition et d'analyse. Ils transmettent les remontées du terrain pour faire aboutir des projets soumis par les adjoints puis étudiés en conseil municipal.

 

La commission culture et sport est officialisée par le maire. Au premier plan , au centre, le maire Jacques Dalex et à ses côtés les présidents Brigitte Boisson et Philippe Strappazzon. Au deuxième rang, les membres de la commission, issus des trois listes municipales.

 

Partager cet article
Repost0
5 août 2020 3 05 /08 /août /2020 10:24

Cet hôtel est très mal connu des Favergiens dont peu se souviennent même de son nom. Pourtant, ils sont passés devant dans leur enfance, d'autres s'y sont réunis par la suite, avant qu'il soit désaffecté pour insalubrité et risque d'accident, puis démoli.

 

Sur cette vue de côté, on voit l'entrée des étages dont quelques fenêtres sont encore ouvertes. La seconde bâtisse de droite était le café FAVRE avec ses deux entrées et la fenêtre au rez de chaussée en arc de cercle, mais aux fenêtres fermées à l'étage.

Ces deux bâtiments seront abattus au début des années 1980 pour laisser la place à un parking jusqu'en 2018.

 

L'hôtel "Au Lion d'Or"

 

En 2018, la municipalité décide de confier la réalisation d'une fresque afin de donner à cette façade un caractère moins grisâtre, et que tous les Favergiens trouvent triste.
Paradoxalement, l'artiste sollicité n'a qu'un cahier des charges succinct, "se référer à l'origine artisanale de la ville". Une confiance aveugle lui est accordée, et, en quelques semaines, la façade s'orne progressivement d'une jeune dame oeuvrant à sa machine à coudre, canette en l'air, papillon voletant dans le décor.

 

 

Chacun sait que cette jeune employée ne pouvait évidemment pas travailler à la Manufacture de soie, composée exclusivement d'ouvrières chargées de réparer les fils cassés sur des métiers à tisser et non pas oeuvrer à la confection d'habits à l'aide d'une machine à coudre, telles Marie Bouvard et Elisabeth Rolla sur cette photo d'avril 1957.

 

Cette pratique était celle des petites mains qui travaillaient dans la rue Asghil Favre, sur des chemises d'hommes au bénéfice d'Armorial d'Annecy, ou des tricots Pering du Côteau dans la Loire (Source M.M.)

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2020 5 17 /07 /juillet /2020 22:00

Faverges et ses environs
Format 24 x 32 cm
168 pages

Disponible chez l'auteur :
Bernard PAJANI
48, chemin de Pré la Dame - Verchères
74210 FAVERGES
04 50 44 53 76


Ainsi que dans les librairies locales : 21 €uros

Partager cet article
Repost0
15 juillet 2020 3 15 /07 /juillet /2020 08:02

Après une période bénéfique de bonne pluviométrie, les niveaux des nappes phréatiques du mois de mai traduisent une recharge conséquente, avec des niveaux supérieurs à la moyenne sur une grande partie du territoire.

En 2015, on avait constaté sous le pont d'Englannaz que le torrent du Saint-Ruph dévalait son lit comme on ne l'avait jamais vu, au risque d'emporter les piliers du pont lui-même.

Depuis, des travaux ont permis de creuser son lit et d'enrocher certaines parties afin de ralentir le débit de l'eau. Les travaux de restauration de la glière du Saint-Ruph ont débuté fin mai 2018 et correspondaient à la phase 3 du programme engagé en 2015 dans la plaine de Mercier (phase 1), puis à l'entrée du marais de Giez en 2016 (phase 2). L’objectif était de "redonner à la rivière un fonctionnement proche du naturel par la modification des ouvrages artificiels qui avaient été créés en travers du lit de la rivière entre 1955 et 1990."

La rivière est alors curée, le lit abaissé de 40 à 70 cm, les rives élargies et renforcées...

Travaux en aval du pont d'Englannaz (www.Biclou.com)

Digues consolidées en amont du pont d'Englannaz (www.Biclou.com)

Après la période de canicule des mois de juin-juillet 2020, la France pourrait moins souffrir cet été d’un manque d’eau qu’en 2019.

Toutefois, on peut s'apercevoir qu'actuellement à la mi-juillet le torrent du Saint-Ruph a cessé de débiter ses eaux et dévoile sa glière de façon inquiétante, totalement à sec.

Des restrictions d’eau sont déjà en vigueur dans une douzaine de départements de l'ouest français. Tout dépendra maintenant des précipitations des prochaines semaines.

Le torrent du St-Ruph a reconstitué sa glière en comblant les intervalles entre les grosses pierres de consolidation du sol lorsque la pente est un peu plus forte, ou en totalité lorsque celle-ci est moindre.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d'un écrivain savoyard
  • : Activité littéraire de l'auteur. Activité des collectionneurs philatélistes, timbrés, cartophiles, généalogistes,... des Sources du Lac d'Annecy - Pays de Faverges (Haute-Savoie). Le contenu de ce site est protégé par un droit d'auteur. Cependant il est autorisé de réaliser des copies pour votre usage personnel en y joignant un lien et après autorisation préalable de l'auteur.
  • Contact

Profil

  • Pajani Bernard-Marie
  • J'ai parcouru tout le territoire savoyard, d'Ugine à Thonon, en passant par Faverges, La-Roche-sur-Foron, Bonneville, Albertville, Sevrier, Annecy pour revenir à Faverges.
Je suis aussi à la recherche des camarades des classes fréquentées.
  • J'ai parcouru tout le territoire savoyard, d'Ugine à Thonon, en passant par Faverges, La-Roche-sur-Foron, Bonneville, Albertville, Sevrier, Annecy pour revenir à Faverges. Je suis aussi à la recherche des camarades des classes fréquentées.

Compteur

un compteur pour votre site

Recherche